tanaka-world.net

Histoire militaire de la France

Retour vers la page principale

Pourquoi cet ordre de bataille ?


créé par Tanaka le 14/11/2018, modifié par Tanaka le 07/01/2019

Ce texte a pour but principal d'expliquer les raisons de la création de l'ordre de bataille de l'armée française pour la période de 1914-1918, je digresse toutefois dans un premier temps.

Pourquoi des ordres de batailles ?

Depuis longtemps, les ordres de batailles de l'armée française m'intéressent, j'ai d'ailleurs une liste longue comme le bras de fichiers sur ce sujet dans mes différents disques de sauvegarde (je ne donnerais pas l'information du "où" et du "comment", car cela est aussi un vaste sujet). Cet intérêt très particulier est surtout lié à ma volonté de comprendre comment les armées ont su s'adapter aux contraintes de leurs environnements tout au long de l'histoire, tout principalement au cours du XXe siècle.

Cette période a été très riche en évolution, puisque les armées (toutes les armées dans le monde) sont passées d'une structure presque identique à celle qu'elles avaient lors des guerres Napoléoniennes à une structure permettant d'intégrer la mécanisation des moyens (pas que les voitures / camion), l'aviation et beaucoup d'autres moyens, qui ont rendu le combat extrêmement rapide, au delà de la capacité de réaction de l'homme dans son environnement proche :

Malheureusement, ces données sont toujours fixes pour une date donnée quelque soit l'armée concernée. Il n'y a pas de lien entre les différentes dates, alors, qu'entre 2 dates, il y a toujours une explication qui permet de connaître comment on est passé de l'état 1 à l'état 2 et pourquoi.

A l'horizon des années 2009-2010, vu que j'avais un peu de temps, j'ai donc commencé à travailler sur un script en local me permettant de gérer dynamiquement des ordres de batailles sur différentes périodes. Après de multiples essais, j'ai validé un script permettant d'afficher, mais aussi de modifier les informations sans trop compliquer la tache, le tout toujours en local.

J'avais donc à cette époque en local 3 ordres de bataille de l'armée française (14-18, 39-45 et au delà de 1965). Il ne restait plus qu'à trouver le temps de mettre ces informations en ligne...

Pourquoi l'ordre de bataille de l'armée française entre 1914 et 1918 ?

Le centenaire de la 1er guerre mondiale et les documentations disponibles à l'aide d'internet m'ont poussé à mettre en ligne cet ordre de bataille. En effet, sans les documentations disponibles sur mémoire des hommes ou Gallica, il aurait été parcellaire et inutile à mettre en ligne.

Dans le même temps, la plus grande avancé au niveau des saisies d'informations fut la découverte sur Gallica des volumes 1 et 2 du tome X des Armées Françaises dans la Grande Guerre. Ce qui m'a permis d'éviter la lecture fastidieuse des JMO des Grandes Unités. Il n'en reste pas moins que j'ai malgré tout dans un coin d'un serveur 200Go d'images de ces JMO sous la forme de 271 119 fichiers, réparties dans 4 240 dossiers. C'est toujours un bonheur de pouvoir d'un seul coup d'oeil trouver une carte intéressante dans cette masse de fichiers, sans devoir passer par un site qui souffre d'une lenteur apocalyptique en fonction des périodes :

Il n'en reste pas moins qu'il a fallu entrer à la main 10 000 lignes ou 1,5Mo  d'informations (à ce jour) à l'aide de scripts qui alignent eux-même 2 500 lignes de code "PHP":

Les données sont simples : un nom d'unité avec son numéro, une date, le nom de l'unité supérieure. Le script fait le reste...

Qu'ai-je recherché en entrant les données de cet ordre de bataille ?

Comment l'Armée Française s'est organisé pour partir complète au(x) front(s).

Tout le monde (ceux qui s'y intéressent) sait que l'Armée Française alignait, en temps de paix, 21 corps d'armée, avec 44 divisions d'infanterie réparties 2 par 2 dans les corps d'armée, sauf au 6e corps d'armée et au corps d'armée colonial, où il y a 3 divisions d'actives, 3 divisions d'infanterie isolées et 10 divisions de cavalerie. L'effectif total est de 736 000 h (dont 49 000 h du service auxiliaire) et le nombre d'unités est de 686 bataillons, 365 escadrons, 855 batteries et 189 unités du génie.

A la mobilisation, 25 divisions d'infanteries de réserves et 12 divisions d'infanterie territoriales sont créées. Les 4 grandes places fortes du Nord-Est (Verdun, Belfort, Epinal et Toul) reçoivent chacune une division d'infanterie de réserve et un division d'infanterie territoriale, les autres nouvelles divisions permettent de créer des unités de campagne, soit en les regroupant dans des groupements de divisions de réserve (4 GDR), soit en les rattachant aux grandes unités déjà existantes.

Ces opérations qui se finalisent vers le 10-12 août, porte l'Armée Française à 1643 bataillons, 596 escadrons 1527 batteries et 528 unités du génie. Il faut aussi ajouter toutes les unités organiques des différents niveaux commandements qui se sont créées au format "guerre", ce qui fait passé une armée de 800 000 à 3 000 000 d'hommes en à peine 15 jours.

Comme vous pourrez le lire sur la fiche wikipédia, une noria de trains (10 000) va permettre le déplacement de ce corps de bataille vers le front. Ceci est déjà un exploit !

Les premières réorganisations.

Tout au long des combats du 4e trimestre 1914, au cours desquels les pertes sont énormes, les réservistes des dépôts divisionnaires comblent les vides. Malgré cela, les pertes (2000 à 2500 hommes par jour), l'allongement du front et l'enterrement des troupes (les tranchées...) nécessitent de plus en plus d'hommes. Les classes de la période de guerre sont appelés avec de l'avance. Dès mars 1915, 12 nouvelles divisions font leur apparition, en retirant les régiments d'infanterie non endivisionnés des corps d'armées, 12 autres nouvelles divisions apparaissent entre juin et juillet 1915.

Le schéma habituel de ces opérations sont comme celle qui se sont déroulées :

Avant juin 1915 Après juin 1915
  • 1DI
    • 1BI
      • 43RI
      • 127RI
    • 2BI
      • 1RI
      • 84RI
    • 15RACa
  • 2DI
    • 3BI
      • 33RI
      • 73RI
    • 4BI
      • 8RI
      • 110RI
    • 27RACa
  • 284RI
  • 201RI
  • 6RCh
  • 41RACa
  • 1BG
  • 1DI
    • 1BI
      • 43RI
      • 127RI
    • 2BI
      • 1RI
      • 201RI
    • 15RACa
  • 2DI
    • 3BI
      • 33RI
      • 73RI
    • 4BI
      • 8RI
      • 110RI
    • 27RACa
  • 122DI
    • 8BI
      • 45RI
      • 148RI
    • 243BI
      • 84RI
      • 284RI
    • 2 gr / 41RACa
  • 35RIT
  • 6RCh
  • 41RACa
  • 1BG
Avant juin 1915 Après juin 1915
  • 7DI
    • 13BI
      • 101RI
      • 102RI
    • 14BI
      • 103RI
      • 104RI
    • 26RACa
  • 8DI
    • 16BI
      • 115RI
      • 117RI
    • 15BI
      • 124RI
      • 130RI
    • 31RACa
  • 315RI
  • 317RI
  • 14RH
  • 44RACa
  • 4BG
  • 7DI
    • 13BI
      • 102RI
      • 315RI
    • 14BI
      • 103RI
      • 104RI
    • 26RACa
  • 8DI
    • 16BI
      • 115RI
      • 117RI
    • 15BI
      • 130RI
      • 317RI
    • 31RACa
  • 124DI
    • 247BI
      • 101RI
      • 124RI
    • 248BI
      • 53RI
      • 142RI
    • 2 gr / 44RACa
  • 104RIT
  • 111RIT
  • 14RH
  • 44RACa
  • 4BG

Ces modifications sont généralement :

Au vu du travail à réaliser au niveau script et saisie d'information, l'ordre de bataille ne donne pas ce genre de détails. Il est simplifié en n'indiquant que l'unité faisant corps dans l'unité principale (14RH qui a au moins 2 escadrons dans les 2 divisions, non représentés dans les divisions).

Réorganisation des régiments d'infanterie des divisions de réserve.

A la mobilisation, les régiments de réserve sont constitués de seulement 2 bataillons. Ces bataillons portent généralement les numéros 5 et 6, numéros donnés à la suite de ceux du régiment d'active d'origine.

Cette particularité perdure jusqu'en 1916, et au cours de cette année, tous les régiments passe à 3 bataillons. Pour se faire, un régiment dans chaque brigade est dissous et les bataillons sont reparties dans les 2 régiments restants.

Modification de la structure divisionnaire.

En même temps que les modifications de l'alinéa précédent, dès décembre 1915, le GQG modifie l'organisation des divisions, en passant la structure des divisions de 2 brigades de 2 régiments (dans le cas des divisions d'active) à une infantrie divisionnaire à 3 régiments.

Cette modification va s'étaler de décembre 1915 à juillet 1918, avec un temps fort entre décembre 1916 et juin 1917, où en moyenne 10 divisions se transforment par mois. Durant les autres mois de la période, les transformations sont en moyenne de 1 à 2 divisions par mois.

Dans les 2 corps d'armées déjà cités, ces transformations se réalisent à des périodes différentes :

Date de la transformation Avant transformation Après transformation

Regroupement de l'artillerie

01/04/1917

29/10/1916
  • 1DI (1CA/4A)
    • 1BI
      • 43RI
      • 127RI
    • 2BI
      • 1RI
      • 201RI
    • 15RACa
  • 2DI (1CA/4A)
    • 3BI
      • 33RI
      • 73RI
    • 4BI
      • 8RI
      • 110RI
    • 27RACa
  • 51DI (4A)
    • 101BI
      • 233RI
      • 327RI
    • 102BI
      • 208RI
      • 273RI
    • AD51
      • 1 gr / 15RACa (1DI)
      • 1 gr / 27RACa (2DI)
      • 1 gr / 41RACa (1CA)
  • 1DI (1CA/4A)
    • ID1
      • 1RI
      • 201RI
      • 233RI
    • 15RACa
  • 2DI (1CA/4A)
    • ID2
      • 8RI
      • 110RI
      • 208RI
    • 27RACa
  • 51DI (4A)
    • ID51
      • 33RI
      • 73RI
      • 273RI
    • AD51
      • 1 gr / 15RACa
      • 1 gr / 27RACa
      • 1 gr / 41RACa
  • 162DI (4A)
    • ID162
      • 43RI
      • 127RI
      • 327RI
    • AD162
      • 1 gr / 28RACa
      • 1 gr / 53RACa
  • 1DI
    • ID1
      • 1RI
      • 201RI
      • 233RI
    • 15RACa
  • 2DI
    • ID2
      • 8RI
      • 110RI
      • 208RI
    • 27RACa
  • 51DI
    • ID51
      • 33RI
      • 73RI
      • 273RI
    • 215RACa
  • 162DI
    • ID162
      • 43RI
      • 127RI
      • 327RI
    • 263RACa

05/11/1916

et 09/11/1915

  • 8DI (4CA/5A)
    • 16BI
      • 115RI
      • 117RI
    • 15BI
      • 130RI
      • 317RI
    • 31RACa
  • 27DI (38CA/5A)
    • 53BI
      • 75RI
      • 140RI
    • 54BI
      • 52RI
      • 415RI
    • 2RACa
  • 124DI (4CA/5A)
    • 247BI
      • 101RI
      • 124RI
    • 248BI
      • 53RI
      • 142RI
    • AD124
      • 2 gr / 44RACa (4CA)
  • 8DI (4CA/5A)
    • ID8
      • 115RI
      • 117RI
      • 317RI
    • 31RACa
  • 27DI (38CA/5A)
    • ID27
      • 52RI
      • 75RI
      • 140RI
    • 2RACa
  • 124DI (4CA/5A)
    • ID124
      • 101RI
      • 124RI
      • 130RI
    • 2 gr / 44RACa (4CA)
  • 163DI (09/11/1915, 4CA/5A)
    • ID163
      • 53RI
      • 142RI
      • 415RI
    • AD163
      • 2 gr / 44RACa
      • 1 gr / 32RACa

 

  • 8DI
    • ID8
      • 115RI
      • 117RI
      • 317RI
    • 31RACa
  • 27DI (38CA/5A)
    • ID27
      • 52RI
      • 75RI
      • 140RI
    • 2RACa
  • 124DI
    • ID124
      • 101RI
      • 124RI
      • 130RI
    • 44RACa
  • 163DI
    • ID163
      • 53RI
      • 142RI
      • 415RI
    • 244RACa
06/03/1917
  • 7DI (40CA/8A)
    • 13BI
      • 102RI
      • 315RI
    • 14BI
      • 103RI
      • 104RI
    • 26RACa
  • 68DI (8A)
    • 135BI
      • 206RI
      • 234RI
    • 136BI
      • 212RI
      • 344RI
    • AD68
      • 1 gr / 24RACa
      • 1 gr / 58RACa
      • 1 gr / 62RACa (71DI)
  • 73DI (40CA/8A)
    • 145BI
      • 346RI
      • 356RI
    • 146BI
      • 367RI
      • 369RI
    • AD73
      • 1 gr / 12RACa
      • 1 gr / 39RACa
      • +3 b 37, 49 et 52RACa
  • 88DT (39CA/8A)
    • 175BI
      • 81RIT
      • 82RIT
    • 176BI
      • 83RIT
      • 84RIT
    • AD88
      • 2 gr / 11RACa
  • 7DI (40CA/8A)
    • ID7
      • 102RI
      • 103RI
      • 104RI
    • 26RACa
  • 68DI (8A)
    • ID68
      • 206RI
      • 234RI
      • 344RI
    • AD68
      • 1 gr / 24RACa
      • 1 gr / 58RACa
      • 1 gr / 62RACa (71DI)
  • 73DI (40CA/8A)
    • ID73
      • 346RI
      • 356RI
      • 367RI
    • AD73
      • 1 gr / 12RACa
      • 1 gr / 39RACa
      • +3 b 37, 49 et 52RACa
  • 88DI (39CA/8A)
    • ID88
      • 212RI
      • 315RI
      • 369RI
    • AD88
      • 2 gr / 11RACa
  • 7DI
    • ID7
      • 102RI
      • 103RI
      • 104RI
    • 26RACa
  • 68DI
    • ID68
      • 206RI
      • 234RI
      • 344RI
    • 224RACa
  • 73DI
    • ID73
      • 346RI
      • 356RI
      • 367RI
    • 239RACa
  • 88DI
    • ID88
      • 212RI
      • 315RI
      • 369RI
    • 271RACa

Le mode opératoire est complexe, dépendant d'une armée, en fonction des unités en lignes.

Dans le cas des 1DI et 2DI, cela permet de créer une nouvelle division dans l'armée en question.

Pour ce qui est de la 8DI et la 124DI, la brigade non conservée devient indépendante le temps de s'en servir pour créer une autre division (163DI au 09/11/1916).

En ce qui concerne la 7DI, sa transformation permet de modifier dans le même temps une division territoriale en une division d'infanterie et transformer 2 autres divisions.

Etat d'avancement

A cette date, l'ordre de bataille est presque fini. Des vérifications sont faites pour affiner les données. Certaines parties nécessitent de passer par une lecture minutieuse des JMO de plusieurs unités afin de rendre l'ordre de bataille cohérent.