tanaka-world.net

2e Guerre Mondiale

Retour vers la page principale

L'armée allemande pendant l'entre-deux guerres


créé par Tanaka le 06/07/2014, modifié par Tanaka le 01/02/2015

Reichswehr

A la fin de la première guerre mondiale, la "Deutsches Heer" (armée allemande) constituée de 201 divisions (infanterie et cavalerie) est dissoute. Le passage d'une structure "temps de guerre" à celle du "temps de paix" doit se faire jusqu'en 1921. Pour se faire, le gouvernement crée la "Übergangsheer" (armée de transition) le 6 mars 1919. Les effectifs sont de 300 000 hommes au 1er avril 1919, puis 200 000 hommes en octobre, 150 000 en octobre 1920 et enfin 100 000 hommes à la fin de 1920. Au 1er janvier 1921, les forces armées allemandes prennent le nom de "Reichswehr". Dans cet article en allemand, vous retrouverez des informations pertinentes sur ce sujet d'un point de vue global.

Le traité de Versailles contraint l'Allemagne a ne pas dépasser l'effectif de 115 000 hommes (15 000 hommes dans la Marine) et lui interdit d'avoir des armes modernes. Il va même jusqu'à définir la quantité et la composition des divisions et régiments (7 divisions d'infanterie et 3 de cavalerie, avec 21 régiments d'infanterie et 18 de cavalerie), ainsi que les effectifs d'officiers présents dans l'état-major en charge des armées (ils ne doivent pas dépasser 4000).

Les divisions d'infanterie sont liées à des "Wehrkreis" (district militaire). Ceux-ci assurent le recrutement et le support logistique des unités dans leurs zones géographiques. Tache d'autant plus facile puisque le commandant de la division a aussi la responsabilité du district. Les divisions de cavalerie se répartissent entre plusieurs districts. En plus de ces districts, ces divisions sont répartis entre 2 corps d'armée :

Les unités sont organisés selon les structures suivantes :

Particularités à noter :

A partir de 1933, les militaires préparent l'augmentation des effectifs à 300 000 hommes et 21 divisions. La 1ère phase commence le 1 oct. 1934.

Dans l'infanterie, chaque régiment se scinde en 2, sauf pour les 3 régiments de la 2e Division qui permettent de créer 5 régiments au lieu de 3. Les anciens et les nouveaux régiments entrent dans la composition de nouvelles divisions sous l'autorité d'état-major divisionnaire portant 3 types de nom : "Infanterieführer x", "Artillerieführer y" ou "Kommandant z". Le camouflage est d'autant plus facile que ces désignations préexistent déjà, mais les fonctions et effectifs étaient inférieurs. Dans le même temps, les désignations des régiments sont modifiés en retirant le numéro d'ordre et en ajoutant le nom de la ville de garnison de l'état-major du régiment, autre méthode de camouflage :

Dans les régiments de cavalerie, les structures internes sont modifiés par une augmentation des matériels mécaniques (lentement toutefois, mais ayant commencé avant 1934 et ne finissant que pendant la guerre) et changent surtout de nom (la 2e désignation concerne le changement de nom au 15 oct. 1935) :

Ces régiments de cavalerie auront pratiquement la même destination que leurs homologues français entre 1939 et 1940, à savoir une décomposition en bataillon de reconnaissance (GRDI ou GRCA). Sauf pour les régiments qui conservent l'appellation ''Reiter-Regiment", ceux-ci resteront dans la brigade de cavalerie "1. Kavallerie-Brigade", jusqu'au moment où elle deviendra "1. Kavallerie-Division", puis "24.Panzer-Division".

Les divisions (d'infanterie) de la Reichwehr sont alors organisées selon ce nouvel ordre de bataille :

Les états-majors des divisions prennent le format d'état-major de corps d'armée. Les 21 "divisions" existent, mais ne sont pas complètes. Il faut attendre les prochaines évolutions planifiés par le nouveau chef de l'Allemagne. L'environnement international est encore un frein à cette expansion. Une modification des régions militaires font augmentés leur nombre à 10 régions à partir de 1934. Les régions VIII, IX et X ne sont pas réellement existantes, mais il apparaît que, sur certains site web, qu'une région militaire existe, avec une division :

Les régions VIII et IX ne semblent avoir d'unités qu'à partir d'octobre 1935...

Wehrmacht

En mars 1935, l'armée allemande change de nom pour "Wehrmacht", l'armée de terre devient la "Heer", la marine, la "Kriegsmarine" et, tout nouvellement formé, la "Luftwaffe" réapparaît. La conscription est aussi relancé juste après, ainsi que les travaux pour construire les casernes des nouvelles unités, permettant de finaliser l'organisation de la nouvelle armée par rapport aux objectifs de 1933. Au 1er octobre 1935, les anciennes divisions et anciens régiments sont renumérotés (voir les correspondances ci-dessus) :

Au même moment, de nouvelles divisions sont créées, atteignant 24 divisions d'infanterie et 3 nouvelles divisions blindés :

6 mois plus tard, au 1er avril 1936, 4 autres divisions d'infanterie sont créées :

Puis au 1er octobre 1936, 8 autres :

En octobre 1937, l'armée de terre se compose de 32 divisions d'infanterie, 4 divisions d'infanterie motorisée (2.ID, 13.ID, 20.ID et 29.ID), 3 divisions blindés et 1 brigade de cavalerie. 29 divisions de réserve sont aussi organisés et peuvent être rappelé au moment de la mobilisation. Le tout sous le commandement de 14 corps d'armée et 4 armées.

Tout au long de l'année 1938, de nouvelles divisions sont créées. En avril, 2 d'infanteries, 3 de montagnes et 1 légère, en août, 1 autre légère et en novembre, 2 blindés et 2 légères. La création des divisions légères est surtout liée à l'incapacité de l'industrie allemande à fournir les matériels suffisants pour que celles-ci soient blindés complètement, comme pour les divisions légères de cavalerie (DLC) de l'armée française :

En mars 1939, l'armée de terre se compose de 39 divisions d'infanterie, 3 divisions de montagne, 5 divisions blindés, 4 divisions légères et 1 brigade de cavalerie, les effectifs sont très proches de ceux nécessaire à la mise en "temps de guerre" (78 % de personnel d'active).